Une erreur est survenue dans ce gadget
Un espace dédié aux livres et à l'évasion...un espace où il fait bon trainer, rêver et discuter...un espace que j'ai envie de partager avec vous et qui me laisse plus de liberté que sur le site internet...avec mes coups de cœur, mes péripéties et des échanges riches en émotions...

samedi 9 juillet 2011

Ouvrir une librairie aujourd'hui, n'est pas chose facile!

Ouvrir une librairie aujourd'hui, n'est pas chose facile! Mais heureusement, il y en a qui font le pari et cela marche...et d'autres fois, on voit avec tristesse s'éteindre des lieux uniques.

Trouver un local agréable, choisir ses livres et sa décoration...se faire un nom et une clientèle...se faire connaitre, et travailler avec tout le monde...(enfin essayer)! C'est un plaisir de travailler avec les collectivités, les écoles et les bibliothèques, mais entre la commande, la livraison et le paiement, il peut y avoir jusqu’à trois mois de décalage. Il faut de la trésorerie pour tenir la distance, seulement entre les charges, les autorisations de découverts qui ne sont plus acceptées par les banques et les clients qui se font parfois plus rares...il est de plus en plus difficile de tenir ces distances....

L'augmentation des loyers...est un véritable frein à notre activité. Sur Concarneau pour une surface de vente de 50 m2, nous sommes sur un loyer de 1000 euros et encore dans une rue qui n'est pas très passante...il faut compter le double pour être bien placé! Alors comment faire?

Quimper à perdu sa jolie librairie jeunesse "Le Rat Conteur" (trois ans), en 2008, Bordeaux à dit au revoir à sa librairie jeunesse l'année dernière "Oscar Hibou" (23 ans), la librairie jeunesse"La Dérive " à Grenoble (22 ans) à également fermé l'année dernière, La librairie Manga de Claire au bout d'un an a fermé ses portes à Quimper "Tenshi Datenshi", et la semaine dernière, c'était Le "Rêve de Lily" à Niort qui disait au revoir... une petite liste qui s'allonge de jour en jour...et qui témoigne de la réalité économique de notre métier et de sa dureté.

La librairie itinérante, ambulante, buissonnière, voyageuse, elle a toute une panoplie de jolis noms...peut-être une belle alternative dans ce métier. Enfin, c'est une des solutions que j'ai trouvé!
Se déplacer sur les marchés, puis dans des salons et depuis l'année dernière dans les écoles. Je ne compte plus le nombre de fois où je vais sortir de la librairie pour partager ma passion....de nombreuses bibliothèques fonctionnent de la même façon; elles vont chercher le lecteur! Cela me parait-être une évidence aujourd'hui pour survivre...

et proposer des animations et de solides partenariats...être inventif, ouvert, tolérant et disponible! Être libraire aujourd'hui, ce n'est plus attendre que cela se passe et avoir une jolie librairie (çà compte) mais c'est aussi ne plus compter ses heures, en se donnant à fond dans un métier prenant et passionnant.

«Je me suis rendu compte que certains de mes lecteurs assidus disparaissaient du jour au lendemain. Tout simplement parce qu’ils ne peuvent plus se déplacer. C’est comme ça qu’est née l’idée d’un service à domicile. »

C'est çà être libraire...bouger, aller à la rencontre des gens et proposer les livres hors des murs.
Et même avec tout cela, est-ce suffisant? Est-ce que je ne brasse pas trop de livres et de l'air? Ne devrai-je pas trouver d'autres idées pour continuer à avancer?

Des expos, des animations, des organisations d'anniversaires, oui je le fais aussi...des rencontres, des dédicaces, des soirées, aussi...et encore d'autres idées que je dévoilerai plus tard...il n'est pas si facile de trouver un équilibre...j'ai des idées, mais ce n'est pas facile à mettre en place! Il faut juste s'accrocher! TÉNACITÉ, PASSION, et TRÉSORERIE...trois petits mots pour continuer à vivre un métier culturel et passionnant, littéraire et fascinant!

3 commentaires:

  1. Un magnifique métier! Sans vous on ne découvrirait pas de jolies pépites! Merci pour votre passion!

    RépondreSupprimer
  2. Bravo pour tout ce que vous faites.
    Effectivement, il y a de bonnes librairies qui ferment. C'est très moche, parce que ce n'est pas souvent faute de passion. Il y a aussi des librairies qui ont quelques décennies derrière elles, qui changent de mains, de format, de définition, d'objectif, etc... Elles ne ferment pas mais perdent leur âme et leur sens premier, ce qui, à mon humble avis, est pratiquement la même chose.
    Ce qui me fait d'autant plus vous féliciter pour votre enthousiasme et votre volonté. Merci.

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai malheureusement pas pu découvrir ta librairie... mais je connais ta tenacité, ta passion!!!!! Continue ainsi!!!!!!

    RépondreSupprimer